Andy MARKS AMSTRONG : Libérez vos emotions !

« Toutes nos expériences passent par un filtre émotionnel, qu’il faut savoir lire et appréhender. »

 

 

L’Experte 16h44

 

Derrière Andy Marks Amstrong (www.andymarkamstrong.com), auteure de romans et active sur les réseaux sociaux, se cache Joéline, spécialiste en psychologie sociale. Ses études sur la motricité qu’elle a notamment menées en participant au championnat de France de volley l’ont amenée à comprendre comment se meuvent nos corps, et comment ils interagissent avec nos émotions. Docteure en psychologie, et praticienne en hypnothérapie,  elle nous parle aujourd’hui des entrepreneurs dont la formation a le plus souvent fait l’impasse sur la gestion des émotions et qui gagneraient à les remettre au coeur de leur management…

 

Joëline, quel message adresserais-tu aux managers de 16h44 ?

 

J’attirerais leur attention sur le fait que les émotions sont inhérentes à toutes relations et donc particulièrement présentes dans le monde du travail. Il s’agit de ne pas faire l’impasse sur nos émotions ni minimiser leurs manifestations. Au contraire, il faut apprendre à les exprimer et à les développer, car écouter ses émotions, c’est s’autoriser à être soi, reconnaître son individualité. Nos émotions donnent une couleur singulière à notre mission. Elles rendent spécifique la relation à l’autre.

 

Cela est-il si simple qu’il y paraît ?

 

Non, en effet, à moins d’avoir été accompagné sur ce sujet, il ne va pas de soi de bien appréhender ses émotions et celles des autres. C’est un sujet qui est rarement abordé à l’école, ou en famille. 

Nous ne savons pas vraiment y faire, quand nous nous lançons dans la vie professionnelle. Les émotions sont alors perçues la plupart du temps comme une gêne. Elles nous font peur car on sent qu’elles peuvent nous dépasser. On craint les émotions dites négatives comme la colère, la solitude, le dégoût, le mépris, la tristesse, la honte, la peur ou encore la frustration et la culpabilité. On se dit qu’il faut les maîtriser, c’est-à-dire les taire, les dissimuler, pour s’en protéger. C’est illusoire car, au contraire, les émotions refoulées resurgissent avec plus d’intensité encore. 

La crainte de laisser transparaître les émotions vaut également pour les émotions dites positives comme la joie, la résilience, la confiance en soi, le plaisir, l’amusement, ce qui peut sembler plus surprenant. Les gens ont souvent l’impression que laisser libre cours à leurs émotions les rend plus lisibles aux yeux des autres et donc plus vulnérables. Mais contenir ses émotions est souvent peine perdue. Même dans le silence, les émotions se ressentent, se transmettent inconsciemment. 

 

Alors quelle est la bonne approche pour progresser en “émotions” ?

 

Cela commence par intégrer le fait que l’on peut exprimer son émotion et que cela sera efficace et efficient dans la relation avec l’autre. L’émotion qui surgit est toujours juste, puisqu’on la ressent. On doit pouvoir l’accueillir. Les émotions sont présentes, inéluctablement. Nous vivons chaque expérience par leur filtre, et si on sait les lire, elles nous en apprennent sur nous-même, sur notre fonctionnement. Les accepter nous rend plus présent, à nous-même comme à l’autre.

Exprimer ses émotions revient à être clair avec notre interlocuteur, c’est une preuve d’honnêteté, en quelque sorte.

 

Comment réagir, alors, lorsque l’on est confronté à une émotion complexe ? 

 

Une émotion est toujours une donnée qui peut nous informer sur nous-même. Elle nous signale ce qui se joue en nous, confronté à telle ou telle situation. En se posant les bonnes questions, on apprend à lire nos émotions et à mieux les appréhender. Dans quelle situation nous mettons-nous en colère, sommes-nous abattu, joyeux, conquérant ? Quel stimulus déclenche la colère, la joie, la peur ? Qu’est-ce que telle situation a atteint en moi pour susciter crainte, motivation, résignation, etc…?

Lorsque l’on commence à comprendre les mécanismes qui nous sont propres, on peut se préparer à les vivre et être moins à la merci de nos émotions, sans pour autant les refouler. 

Cette analyse suppose une certaine lucidité quant à ses propres réactions, elle a le mérite de mettre rapidement en évidence les valeurs qui nous constituent, mais aussi celles que l’on érige comme telles, principes rigides qui ne prennent pas en compte le fait que, comme tout être humain, nous sommes inconstant. C’est tout l’intérêt du coaching pour travailler sa relation à l’autre. Ou d’un échange avec une personne bienveillante, en dehors de tout jugement, et en dehors de son cercle trop proche.

 

Quel bénéfice peut tirer de cette méthode un manager ?

 

Le manager est quelqu’un sur qui l’on doit pouvoir compter. C’est un préalable pour être crédible. Il est donc essentiel qu’il soit en accord avec lui-même. Ce travail sur les émotions lui permet d’être congruent, car on touche ici à la notion d’harmonie intime, qui permet de contrôler les conflits internes. En développant confiance en soi, estime et respect de soi, il gagne en souplesse et libère son potentiel de plasticité. 

D’autre part, le manager est aussi un décideur. Or, dans les moments importants, quand il faut prendre des décisions, il est important de savoir percevoir nos contradictions internes, nos variations émotionnelles, et en particulier celles liées aux peurs relatives à la décision. L’identification de tous ces paramètres permet d’acter plus sereinement une décision, car alors elle est prise en pleine conscience des différents enjeux.

 

 

 

 

L’Application 16h44

Commencer à mieux identifier vos émotions grâce à ces quelques pistes :

  • Quel est votre niveau de stress ? d’irritabilité ? de fatigue ? de motivation ? 
  • Où en êtes-vous de vos objectifs ? En êtes-vous satisfait, et quelle est la prochaine étape à entreprendre ? 
  • Que disent de vous vos partenaires dans la vie amoureuse, amicale, professionnelle ?
  • Plongez-vous dans la lecture du dernier roman de AMA : https://andymarksamstrong.com/la-couleur-des-emotions-livre/

 

 

4 commentaires sur “Andy MARKS AMSTRONG : Libérez vos emotions !”

  1. Tres facile a dire mais dangereux a executer. Les emotions pouvant être mal interprétées comme des avances sexuelles.
    En tant que chef des RH il est recommande de cacher ses emotions pour ne pas des fois prendre parti avant de verifier les faits,
    Un autre example quand on met a pied montrer ses emotions peut conduire a un procès.

    1. Être à l’ecoute de ses émotions ne signifie pas forcément de les mettre sur la table à l’instant t . Que me disent mes émotions et que puis-je faire avec cela?
      Cette écoute interne est déjà un premier pas dans la gestion de l’emotion et permet de détecter des désalignements.
      Repérez les, notez-les … et revenez dessus dans un autre moment : la question devient « comment auriez-vous pu agir autrement pour ressentir une autre émotion plus positive pour vous? »

    2. Je comprends très bien ce que vous voulez dire. Dans cette expression des émotions, il semble primordial d’avoir l’accord de l’autre afin d’échanger là-dessus.cela demande l’espace, de la disponibilité et du temps, je pense. Un manager est amené à aimer les compétences des personnes avec qui il travaille. Que les entretiens « d’évaluation » puissent vous permettre d’entendre leurs émotions, les incitant à se sentir bien dans l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.