Edgar GROSPIRON : “LA VIE EST UN CHAMP DE BOSSES”

 

L’Expert 16H44

 

Déjà skieur à deux ans, dans les Alpes, Edgar se destine très jeune à devenir un grand champion. Lorsqu’il choisit de suivre son intuition pour tout miser sur le ski, c’est le challenge qui l’attire avant tout ! 

Dès lors, les faits n’auront qu’à s’adapter à sa détermination : médaillé aux JO de 1988 en ski acrobatique, dans l’épreuve des bosses, il devient champion du monde en 1989 puis champion olympique en 1992, à Albertville, et termine par un 3ème titre de champion du monde en 1995.

Depuis, c’est en tant qu’expert en motivation et en stratégie de croissance qu’il transmet son énergie et son expérience auprès d’entreprises et au sein du mouvement olympique.

Il partage avec 16h44 sa vision de la vie comme un champ de bosses, où le mouvement nous tient en équilibre.

 

 

Edgar, dans ce monde si mouvant, et après une carrière sportive exceptionnelle, quelle est ta conviction la plus forte ?

 

Ma conviction, c’est qu’il ne faut pas trop en avoir ! Les convictions, les décisions, les habitudes deviennent très vite obsolètes, surtout dans un monde chaotique ! Pour pouvoir s’adapter, je pense qu’il faut faire preuve de souplesse d’esprit. Il faut se méfier de nos convictions et de nos croyances, surtout quand elles s’imposent si fort que l’on en oublie de les questionner…

On me demande souvent comment devenir un champion. Il n’y a pas de recette toute faite, car ce qui compte, c’est l’état d’esprit dans lequel on se place, parce que finalement le lendemain d’une victoire, vos concurrents convoitent ce que vous avez gagné. Le monde mute constamment, les choses avancent, les réussites d’aujourd‘hui seront remises en cause demain, par les autres ou par nous-même. L’avantage, c’est que cela préserve de l’ennui, nous maintient jeune de corps et d’esprit. Prendre des décisions, prendre des risques, capitaliser sur les réussites, c’est avant tout alimenter une dynamique. 

Ce que m’a appris le ski acrobatique et le fait d’évoluer à 40 km/h sur un champ de bosses, c’est que l’équilibre n’existe pas. Et dans ce monde chaotique, je ressens la même chose. Le statu quo, l’équilibre parfait  n’existent pas. C’est l’agilité qui compte.

 

 

Le statu quo a ses limites mais il rassure, quand la nouveauté est souvent source de stress pour nombre de managers. Comment trouver l’équilibre dans ce mouvement permanent, selon toi ? 

 

Chacun, chaque jour, se façonne un comportement, un caractère, des habitudes. Et dans ce domaine, la part d’interprétation personnelle est importante. Ce que l’on vit, notre histoire, la quantité d‘amour reçue, l’éducation, la façon dont nous nous construisons en regard de cette éducation, le sport, les études, notre potentiel à être influencé par les autres… tout cela est systémique.

Si le comportement était inné, nous aurions le même en toutes circonstances. Or tout cela est évidemment très contextuel, l’enthousiasme par exemple est lié au niveau d‘énergie du moment, à mes peurs, mes attentes… 

J’ai le choix de me trouver des excuses, de renoncer ou de ne pas abandonner. Dans mon entourage je vois des personnes qui ont tout pour réussir et se trouvent des excuses pour ne pas se mettre en action. A l’opposé, je rencontre une athlète handicapée se programmer pour les JO de Pékin, avec une énergie de folie. Cette énergie aide à trouver des ressources dingues.

 

 

D’où vient cette énergie qui rend la vie plus vibrante ? Tu parles d’inné et d’acquis, l’énergie est-elle innée ou avons-nous la main sur elle ? Pour le dire autrement, suffit-il de décider d’en avoir pour en avoir effectivement ? 

 

C’est une question clé car ce mélange d’énergie, de confiance, de motivation et de plaisir te permet de t’attaquer à tes problèmes. Elle ne te permet pas forcément de réussir ni  de tout résoudre, mais elle te permet d’attaquer le problème. Et cela va enclencher un processus très intéressant.

Elle se travaille et s’acquiert de différentes façons et trouve sa source à deux niveaux. Selon moi, elle émane pour une part importante du regard de l’autre, mais nous avons aussi la main sur quelques leviers. 

La motivation intrinsèque, le fait d’agir selon ses propres valeurs, d’être en accord avec soi-même, d‘être fier de ce que l’on fait est un préalable indispensable. 

La motivation extrinsèque, elle, s’obtient dans le regard de l’autre. Ce qui me rendait fier et heureux, lors de mes plus grands succès, c’était avant tout de rendre fiers mes parents, mes amis, mes coaches, mes fans, mon pays. Ma fierté était proportionnelle à la quantité d’estime que je pouvais mesurer dans le regard des gens qui m’étaient importants. 

 

 

Comment alimenter cette énergie ? 

 

Tout commence par l’envie de se lever le matin. Je crois que l’on a besoin d’une ambition pour cela.  

Moi qui suis un peu flemmard, qu’est-ce qui fait qu’à six heures du matin, alors que mon lit m’invite à une grasse matinée, je vais choisir de me lever, un jour de froid et de neige pour m’entraîner par -20°c à 3500 mètres d’altitude ? La tentation est grande de ramener le sport à son caractère futile, se dire que finalement tout ça importe peu, on ne va pas sauver de vies en skiant… A priori les arguments sont nettement en faveur de la grasse matinée ! Il faut une bonne raison pour combattre la paresse naturelle, non ?

L’enjeu est de revenir à l’ambition première, ne pas perdre de vue l’objectif, sans le dénigrer, en valorisant tout ce que l’on va y trouver de positif. Il y a une grande satisfaction à honorer les engagements pris avec soi-même, avec les autres. L’élan premier est toujours le plus difficile car il nécessite de se projeter et d’anticiper la satisfaction que l’on tirera plus tard, mais être certain.e de son ambition, de son projet, permet de dépasser la difficulté. Ça ne va peut-être pas être facile, mais je sais pourquoi je le fais. Et si je ne le fais pas, je sais qu’au bout du compte je me sentirais moins bien. 

 

 

Parfois, pour certains d’entre nous, la difficulté réside précisément dans ce doute, le fait de ne plus savoir exactement pourquoi on entreprend ce qu’on entreprend. 

 

Alors c’est le moment de se poser, en toute honnêteté envers soi-même, quelques questions simples. De quoi avons-nous besoin ? Qu’est-ce qui nous est essentiel ? 

Identifier nos besoins, décortiquer ce que l’on fait pour nous, pour les autres, par habitude, par choix… Et si là encore les réponses ne sont pas claires, il faut revenir à des choses plus simples, moins engageantes mais au final très pertinentes. Quelques exemples :

– Est-ce que tu préfères être dehors ou dedans ? 

Depuis tout petit, j’ai besoin d’être dehors. Donc choisir entre ski et école m’était facile. Ma soeur était douée pour le ski et les études, le choix était plus délicat. Ce qui compte c’est de choisir ce qui vous correspond et vous fait envie.

– Est-ce que tu préfères être seul ou en équipe ?

Mon père vit seul sur un rocher en Corse et il n’a pas une minute à lui. Sa vie sociale est en accord avec son besoin. C’est souvent le cas de personnes qui ont une vie spirituelle intense et qui ont besoin de solitude.

D’autres ont besoin de vivre en clan et d’être en interaction constante avec beaucoup de monde. Ce qui compte c’est de mettre ta vie sociale, professionnelle, affective, en accord avec tes besoins.

– Où mets-tu le curseur entre sécurité et risque ?

– Quels sont tes besoins en temps libre et en argent ? 

Etc…

 

Ces besoins peuvent sûrement évoluer ?

 

Bien sûr, ces besoins évoluent tout au long de la vie. C’est pourquoi il est bon de les revisiter régulièrement, de les examiner. 

A chaque fois que nous répondons à l’un de nos besoins, nous nourrissons la chimie de notre cerveau. Nous créons ainsi une dépendance saine, car ce qu’il reçoit accroît son envie de reproduire et d’en faire davantage. C’est pour cela notamment que nous souhaitons toujours faire mieux, aller plus loin dans l’excellence. 

Cette chimie peut se créer autour du besoin d’adrénaline, comme dans les sports extrêmes, mais aussi de l’ocytosine, l’hormone du “bonheur” qui te permet de retrouver un état de relaxation, ou encore d’endorphine, bien connue  des coureurs car elle libère un bien-être après l’effort et diminue les effets du stress. Ce peut être aussi la dopamine qui associe le plaisir à l’action et à son tour nous invite à expérimenter davantage car elle agit directement sur notre motivation.

Se connaître conduit à choisir des activités qui, de façon saine et naturelle, répondent à nos besoins. Au contraire, les ignorer peut entraîner des réponses artificielles voire addictives. L’addiction au jeu, à l’alcool, à la nourriture viennent souvent de la tentative d’apporter une réponse artificielle à un besoin naturel.. 

 

 

Edgar, tu nous montres clairement comment privilégier la dynamique à l’inertie, l’incertitude à la certitude, et comment la prise en compte de nos besoins donne l’énergie pour avancer. Est-ce que nous maîtrisons vraiment tout ?

 

Ce n’est pas si simple car tout cela  fonctionne de façon systémique. L’ambition, le respect de nos propres valeurs, le sens que l’on donne à ce que l’on fait, le plaisir, la quête d’excellence, l’environnement, le jugement des autres, les circonstances, le hasard sont autant de variables qui s’interconnectent et interagissent. Il est possible d’agir sur certaines dimensions,  pas sur toutes et pas tout le temps.

La bonne nouvelle, c’est que même dans une situation compliquée, il y a toujours une part sur laquelle on peut agir. Tu as toujours un marge de manœuvre, même minime.

C’est sur les variables que l’on contrôle que j’invite à focaliser son énergie. Comme tout cela est systémique, tu ne maitriseras jamais tout mais tu fais grandir ta zone d’influence.

Au  quotidien la vie est faite de hauts et bas. Les divorces, les mariages, les enfants, les décisions plus ou moins réussies ponctuent notre vie. Ce qui compte c’est que nos choix soient faits en accord avec soi-même.

On ne réussit pas seul. Toutes les grandes réussites sont le fait d’un entourage extraordinaire. Cela suppose de se nourrir de  plusieurs sources d’inspiration et implique de bien s’entourer. Dans le sport on parlera d’un préparateur physique, d’un préparateur mental, de partenaires, de sponsors, d’un capitaine, de nutritionnistes. Parfois c’est juste quelques parents, quelques amis, une ambiance saine de travail, voire un bon psy…!

Observez les autres. Entourez-vous ! Bien s’entourer c’est la clé ! Mais au final, c’est à chacun de décider de la trajectoire qu’il ou elle souhaite donner à sa vie.

 

 

L’application 16h44 

La vie est un champ de bosses. Apprenez à y évoluer avec fluidité.

  • Face à une bosse (un problème), tentez de comprendre comment la crise est arrivée, et quels sont vos leviers pour modifier la situation.
  • Dépersonnalisez la situation. Lisez, écoutez, regardez, sans chercher nécessairement la solution. Puisez dans votre entourage des ressources, bénéficiez de différents regards et si besoin, contactez un coach !
  • Identifiez vos besoins essentiels.

 

Et pour aller plus loin avec Edgar Grospiron : 

https://www.grospiron.net/masterclass/rebondir-sur-une-crise/

 

7 commentaires sur “Edgar GROSPIRON : “LA VIE EST UN CHAMP DE BOSSES””

  1. Interessant mais ce ne sont que des généralités basées sur une expérience, encore une fois dans le monde du sport, alors que la motivation etc.. s’explique scientifiquement et peut-être enseignée, Pas besoin d’être sportif pour être motive et réussir. En fait les sportifs ont un grand ego et son motives par la gloire un peu comme l’ex-president Trump. Il faudrait peut être itnerviewer un fois par example une personne qui s’occupe des SDF, des bénévoles qui font cela en plus de leur travail, qui ne reçoivent pas de médailles, ce sont des gens un peu plus humbles

    1. Alan, vous avez pris le temps de lire l’itv mais pas de la comprendre. Si j’avais été un scientifique de la motivation, j’aurais sans doute eu un discours de scientifique. Mais je n’en suis pas un. Et sachant cela, vous utilisez votre temps précieux pour baver sur moi comme vous auriez pu le faire si j’avais été un scientifique en écrivant : Intéressant mais ce ne sont que des propos de scientifique basés sur des études en laboratoire, alors que la motivation, ça se vit à l’école de vie et qu’il n’est pas besoin de théoriser là dessus pour comprendre, etc, etc… Exercice facile. J’en déduis que vous n’aimez pas les sportifs, ni les gens qui réussissent et gagnent de l’argent. Vous me mettez dans le même panier que Trump et consorts. Vous faites les mêmes généralités que vous dénoncez. C’est votre manière de montrer à quel point vous êtes mieux que les autres ? Vous ne pouvez pas masquer votre arrogance en vous dissimulant derrière les gens qui font du bénévolat. Sauf à en croire vos généralités, tous ne s’inscrivent pas dans une démarche vertueuse, uniquement tournée vers les autres. Dans ce monde, comme dans le sport, comme en politique, dans les affaires ou ailleurs, il y a des gens bien, d’autres moins bien. Chacun son éthique. Chacun sa façon d’être humble. Je n’ai jamais prétendu être humble d’ailleurs. Mais j’ai ma définition de l’humilité et je la fait vivre dans mes choix. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai réussi à faire quelque chose de ma vie. Et c’est sans doute également une des raisons pour lesquelles je ne suis pas resté à me morfondre dans la médiocrité qui consiste à critiquer la réussite des autres. Au lieu de cracher sur ceux qui réussissent, allez plutôt faire vos preuves. Votre temps sera mieux utilisé pour le bien de la société.

  2. Philippe tu es le meilleur ! Cet interview est pour moi le meilleur, tout en finesse et intelligence face aux bosses de la vie. La place centrale qu’Edgar donne l’agilité et donc de la capacité d’adaptation a été éclairante pour moi qui ait consacré beaucoup d’énergie à écrire très modestement un livre sur les motivations.
    Merci Philippe !
    Alain

  3. … j’ajouterai que dans un cadre professionnel avec notre petit groupe d’expert, le travail ensemble sur la mise au point d’une ingénierie du pivotement innovant montre aussi, qu’au delà de l’évaluation de ses différents actifs, la réussite d’une entreprise va reposer sur son agilité …
    encore bravo Philippe
    Alain

    1. Oui Je suis bien d’accord avec toi Alain. La démarche de pivotement que tu inities avec l”équipe d ‘experts, auprès des industriels, pour leur permettre de rebondir , sur un nouveau marché, avec de nouvelles matières grâce à une approche d’innovation est la transposition de cette interview au niveau des organisations. Une belle façon de surfer sur les bosses COVID, avec intelligence et résilience.

  4. Merci Philippe et merci Edgar pour cette touche de fraîcheur et pour ces rappels aussi SIMPLES qu’ESSENTIELS. J’aime cette notion de constant mouvement et de flow pour prendre les problèmes autrement, sans les éviter . De toute façon la vie est remplie de problématiques, alors autant surfer dessus ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.