Amélia Fanchette

Amélia FANCHETTE : L’engagement au service du collectif

 

“Faites participer les membres de votre équipe dans vos prises de décisions et la mise en place de stratégies collectives ! Soyez le moteur de l’intelligence émotionnelle pour votre équipe !”

 

L’Experte 16h44

 

Le rire franc et naturel d’Amélia Fanchette, consultante en recrutement, laisse rapidement entrevoir un sens aigu de l’engagement et de la performance. Riche de ses origines normandes et franco-mauriciennes, celle qui est originaire d’une île où cohabitent chinois, indiens, africains et créoles parle couramment le mandarin, a appris l’hindi, le japonais et plusieurs langues européennes. Imprégnée des cultures asiatiques et africaines depuis l’enfance, elle nous parle aujourd’hui de l’importance de l’engagement collectif.

 

 

Amélia, ta carrière publique t’a amenée à vivre des missions sensibles au sein du Ministère de la Défense et tu exerces aujourd’hui des responsabilités dans un des cabinets de recrutement les plus renommés (Michael Page). Est-ce de là que te vient la conviction selon laquelle l’engagement doit être au service du collectif ?

 

A l’occasion de missions complexes, j’ai en effet expérimenté des choses fortes. Lorsque toute une équipe est engagée dans une situation risquée, à fort enjeu, il est essentiel de pouvoir compter sur chaque membre de l’équipe. La préparation de chacune des étapes de l’intervention doit être faite avec professionnalisme, afin que chaque membre de l’équipe soit performant, mais aussi pour établir la confiance au sein du groupe et le souder. Le préalable à la confiance en l’autre est la confiance en soi, mais cette confiance en soi se construit souvent… avec l’autre.

La complémentarité des expertises, des forces comme des faiblesses, est ce qui crée l’équipe. C’est le collectif qui génère la réussite : l’équipe est plus que la somme de ses forces individuelles.

 

Et dans le secteur privé ?

 

Dans le secteur privé, cette dimension collective est parfois moins évidente. Les notions de rentabilité, de réussites commerciales, conduisent souvent au piège du court terme. Les exigences du court terme favorisent les comportements individuels et desservent l’équipe.

Dans certaines organisations privées, par exemple, un collaborateur absent (congés, maladie) peut très bien ne pas être remplacé, alors qu’il détient des informations indispensables à sa mission. Imaginez une équipe qui continuerait à jouer sans se préoccuper de la blessure d’un de ses coéquipiers ?

Il est toutefois à noter que les comportements individuels permettent une certaine autonomie et une plus grande réactivité. Comme le dit un célèbre proverbe africain «Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin». Amener une équipe à être autonome tout en s’engageant dans un esprit collectif apporte l’efficience plus encore que l’efficacité.

 

Comment favoriser cette notion d’engagement pour l’équipe ?

 

Je vois plusieurs pistes :

Au niveau individuel, chacun peut initier cette démarche. Dans les missions de recrutement par exemple, demander l’avis ou solliciter l’expertise de ses collègues crée une dynamique de groupe. Par ailleurs, il ne faut pas se limiter à sa seule recherche : un candidat qui ne correspond pas à ma recherche peut avoir le profil pour une autre mission. Cette logique peut être transposée dans pratiquement toutes les activités et il ne faut pas hésiter non plus à apporter sa connaissance d’un secteur ou d’une situation à ses collègues. Le temps consacré à « aider » un collègue m’apporte généralement plus que ce que j’ai donné. J’en retire de la confiance, un enrichissement de connaissances et un renforcement du travail en synergie avec mes collaborateurs.

Lorsqu’un collaborateur partage ses difficultés et/ou ses échecs (ce qui est vu comme une faiblesse mais qui en réalité est une grande force), un lien émotionnel se crée au sein de l’équipe : il se passe quelque chose de l’ordre de la confiance et de la bienveillance car en tant qu’être humain, nous connaissons et/ou avons déjà expérimenté ces difficultés et sommes naturellement capables d’éprouver de l’empathie. C’est ainsi que l’équipe développe son intelligence émotionnelle. La faiblesse d’un membre est une force pour le groupe car elle favorise la complémentarité et la solidarité. Une difficulté ou un échec rencontré par un ou plusieurs membres de l’équipe est une belle occasion d’apprendre et de rebondir pour aller de l’avant !

Au niveau managérial, le manager a le pouvoir de favoriser ou d’initier les comportements qui renforcent l’esprit d’équipe, en organisant de petits événements pour fêter les succès collectifs, par exemple. Pratiquer une activité sportive peut également contribuer à fédérer un groupe et nourrir l’esprit d’équipe. Le manager a aussi un rôle à jouer quant aux échéances fixées : on l’a dit, des objectifs à plus long terme ont souvent plus de sens et un impact bénéfique sur l’organisation collective. S’engager sur du court terme génère un certain stress au sein des équipes et si les échéances sont courtes, rien de mieux qu’une équipe soudée et consciente de ses forces et ses faiblesses collectives pour atteindre un objectif !

Enfin, il peut aussi tirer parti de situations particulières :

– Lorsqu’un objectif clé est à atteindre, quand l’enjeu est particulièrement important, il peut mettre l’accent sur la préparation collective. Il incite son équipe à collaborer, se connaître, et ainsi à se faire confiance pour fonctionner ensemble.

– Dans le cas d’une situation tendue et difficile, il peut réaffirmer sa confiance en son groupe. Il sera alors surpris de la force d’un groupe engagé, solidaire et responsable, renforcé par le fait d’affronter collectivement une certaine pression.

– Le débriefing de situations complexes est, enfin,  une excellente occasion d’apprendre sur soi et de renforcer la confiance autour des forces et faiblesses de chacun. Il permet notamment à chaque membre d’affirmer sa place au sein du groupe, de partager son expérience et sa vision de la situation, favorisant une ouverture d’esprit collectif.

 

A titre individuel, quel bénéfice puis-je escompter en me lançant sur cette voie ?

 

Cela rend heureux.

Donner, c’est aussi recevoir, parce que partager fait du bien. Alors quand on s’engage dans cette voie, on reçoit du bien-être. On se sent en confiance, valorisé et renforcé par le groupe qui se constitue autour de valeurs communes.

Cette posture diffuse des ondes de “happyness”, c’est une source de joie, qui se diffuse naturellement au sein du groupe !

 

 

16h44. L’Application.

Cette semaine :

Demandez à votre collègue comment il va et écoutez vraiment sa réponse (écoute active). S’il est surchargé ou s’il rencontre une difficulté particulière, voyez comment l’accompagner et trouvez des solutions ensemble. Veillez à ne pas le juger et à faire preuve d’empathie dans votre démarche.

Ce mois-ci :

Détectez la spécificité de chaque membre de votre équipe, dans les forces comme dans les faiblesses et identifiez leurs leviers de motivation : qu’est ce qui les anime dans leur travail ? Quel sens souhaitent-ils donner à leurs activités ? Essayez de vous mettre à leur place en faisant preuve d’empathie, d’avoir une idée claire de ce qui constitue leurs journées.

Une fois par semaine, donnez l’occasion à votre équipe de partager un moment ensemble agréable et convivial, sans forcément parler du travail. Un petit déjeuner, un apéro, une sortie…Il y a toujours quelque chose à célébrer !

Mettez en place une stratégie pour valoriser les talents, le potentiel et les forces de chacun.

Enfin, autant que vous le pouvez, faites participer les membres de votre équipe dans vos prises de décisions et la mise en place de stratégies collectives. Soyez le moteur de l’intelligence émotionnelle pour votre équipe !

 

1 commentaire sur “Amélia FANCHETTE : L’engagement au service du collectif”

  1. Cela aurait été bien d’en apprendre plus sur Amelia un example concret de l’application de ses conseils dans ses responsabilités au gouvernement, dans sa vie et chez Michael Page. Comment elle applique ses propres conseils dans une culture très compétitive. Ses conseils sont ils d’actualité dans toutes les situations et dans tous les pays? Reveler ses emotions c’est prendre des risque voir fenêtre de Johari ce qui peut avoir de consequences. Aussi est ce plus féminin que masculin? Beaucoup de questions que j’aurais voulu que cet article aborde,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.