Alan Carey l'amérique

Alan CAREY : Dans la peau d’un entrepreneur américain

 

L’Expert 16 h 44

 

Entrepreneur en France, Alan Carey a opté très jeune pour les États-Unis. Attiré par le positivisme des USA, il décide de s’y installer pour y fonder une famille et y bâtir sa carrière.

Après une expérience au sein de grands groupes industriels et la création d’une entreprise à Chicago, il aide désormais les entreprises françaises à s’implanter ou à se développer outre-Atlantique. Dernier projet en date : le développement en Arizona d’un incubateur sport et tourisme.

Il partage avec 16h44 son expérience. Direction les États-Unis pour ce nouvel entretien !

 

Alan, tu nous dis que quand un français a une idée des États-Unis, elle est souvent fausse…

Effectivement, les États-Unis ne peuvent être réduits à une vision unique. Vivre à Paris ou Oslo ne permet pas de connaître l’Europe dans sa diversité, c’est la même chose pour les USA qui renferment des territoires très variés. Chaque État est particulier, avec ses lois et sa culture propre. Certains sont faits pour vous et votre entreprise, d’autres non.

Si vous êtes dans les arts graphiques, par exemple, 80% de votre marché se situe dans un rayon de sept cents kilomètres autour de Chicago. Si vous travaillez dans les cosmétiques, en revanche, c’est plutôt Los Angeles ou New York qu’il faut viser. Et si votre domaine est l’aménagement de maison, l’automobile, l’aéronautique aérospatiale, l’industrie bio ou encore les objets connectés, choisissez l’Arizona.

 

Quelles spécificités américaines as-tu pu observer au fil du temps ? 

Déjà, j’ai pu constater que certains mots sont tabous, bien plus qu’en France. Il vaut mieux ne jamais parler de sexe, de politique ou de religion dans le business. Les plaisanteries ou les jeux de mots directement traduits du français ne marchent jamais… ! Il faut essayer de s’adapter sans transposer le modèle français. D’ailleurs, l’américain moyen ne s’intéresse pas vraiment à la France, qui est pour lui un pays parmi tant d’autres.

Ensuite, j’ai observé que certains réseaux originaux propres aux USA offrent une voie de distribution intéressante. Les lieux de culte, notamment, constituent un réseau très puissant, souvent ignoré des étrangers. Le pays est si vaste qu’un américain peut vite se retrouver isolé s’il change de territoire. Le lieu de culte demeure alors un lieu de sociabilité, d’ancrage et de confiance. Des relations essentielles s’y nouent. Des grandes églises possèdent des terrains de basket, organisent des dîners de partage, etc. En arrivant dans une ville, il peut être intéressant de faire du «Church shopping», pour rencontrer des entrepreneurs. Cela fonctionne aussi avec les écoles, ou les clubs en tous genres. En leur donnant 30% des bénéfices, vous vendez et faîtes connaître votre produit, tout en aidant le club. C’est une pratique très développée aux États-Unis.

Enfin, ce qui me semble être caractéristique des USA, c’est ce qui m’a attiré ici avec ma famille et que j’appelle le positivisme. Dès l’école notamment, la norme est d’atteindre l’objectif et d’obtenir des A ou des B. Le F est une exception et cela génère moins d’anxiété pour les élèves. Au contraire, ça favorise la motivation et l’envie de réussite. Tout est mis en place pour que l’élève comprenne et qu’il ait envie de s’investir. D’ailleurs, il est courant que les étudiants fassent une activité sportive, du théâtre, participent à une fanfare, le matin avant les cours. En France, l’échec d’un élève sera facilement affiché, alors qu’ici au contraire, on n’hésitera pas à convoquer un élève pour le complimenter à propos d’un bon résultat.

 

Pour implanter mon entreprise aux États-Unis, ou exporter, quels sont les fondamentaux ?

Même si chaque cas est particulier, il y a quelques points à retenir :

 

D’abord, il est vraiment plus efficace de s’implanter en profondeur dans un état que de façon diffuse sur l’ensemble du territoire. Pêcher à la ligne plutôt qu’au filet. Il faut prendre en compte les spécificités de chaque État, et ne pas sous-estimer les distances, qui augmentent les frais de prospection. Et puis votre client de la côte Est n’attendra probablement pas quatre jours un colis envoyé depuis la côte Ouest, s’il peut obtenir un produit concurrent semblable plus rapidement.

Ensuite, il faut savoir qu’un salarié est souvent plus adapté qu’un réseau de distribution pour diffuser votre produit. Le distributeur a, par définition, d’autres produits à vendre et peut être moins impliqué qu’un employé qui connaît plus précisément le produit. Le code du travail est moins contraignant qu’en France et le formalisme minimal : une lettre d’embauche suffit et l’employeur définit le niveau de couverture sociale qu’il attribue. Pour créer une société, il suffit de 45 minutes et de 100 $.

Il faut également s’engager de façon durable. Les premières commandes ne sont que le début du processus et la prise d’un marché demande du temps. Mais le marché américain a un fort potentiel et vaut les efforts investis. C’est un peu comme une partie de baseball : en France, quand la première base est gagnée (qualité du produit), vous avez quasiment remporté le match. Ici, la première base est facile d’accès, mais il faut ensuite gagner les suivantes (disponibilité du produit ou du service, livraison, satisfaction du client) pour remporter la partie. En fait, il faut se concentrer davantage sur la demande du client que sur la qualité du produit. Votre produit peut-être d’une grande qualité, s’il ne correspond pas aux attentes du client, il ne se vendra pas.

 

Le relationnel sera également déterminant dans la réussite de votre implantation. C’est important partout mais vraiment essentiel ici. C’est sur le terrain de golf que se créent les relations. L’intégration des spécificités culturelles est en ce sens fondamentale. Que votre produit soit made in France peut être un avantage, mais il faut faire attention à une certaine forme de réticence vis-à-vis des produits étrangers. Pour faire tomber certaines barrières (liées à la crainte du retard dans les transports, complications à la douane, monnaie différente…) pensez à offrir des garanties du type « 100 % satisfait ou remboursé ». Il faut toujours être honnête et transparent.

Enfin, soyez direct et proactif. Inutile d’être présent à un salon si vous restez derrière votre stand. À l’instar de l’américain, entreprenant, il vous faudra capter l’attention d’un potentiel client en quelques secondes.

 

En quelques mots, comment réussir son implantation aux États-Unis ?

L’ouverture aux changements culturels profonds est la clé. Motivation, envie d’apprendre, ouverture d’esprit et adaptabilité sont les attitudes de la réussite sur notre territoire. C’est l’expérience que j’ai vécue quand j’ai découvert les États-Unis, et je suis prêt à la partager pour votre réussite.

 

 

16 h44 L’Application.  

Téléchargez « whats app ».  

Considérez que la qualité de votre produit est un paramètre important parmi d’autres, pas le seul critère de réussite. 

Ouvrez-vous aux différences de culture sans vous arrêter à la partie visible de l’iceberg. 

Contactez Alan pour tester confidentiellement les chances de succès de votre projet, et recevoir sa newsletter mensuelle. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.