Sophie RAMSPACHER : l’Intuition en action.

 

L’intuition, le chemin le plus court vers ses objectifs

 

L’Experte 16 h 44

 

Après des études supérieures en économie, finance et marketing, notre experte du jour a occupé des postes de Responsable Communication au sein de grands noms comme JOKER et Vinci Énergies, ainsi que de Rédactrice en chef de magazine de Santé pour un groupement mutualiste avec un lectorat global de plus de 250 000 foyers en France et dans les DOM. Elle s’est aussi formée pendant quelques années pour devenir praticienne certifiée de shiatsu.

Aujourd’hui grâce à ses nombreuses recherches et expérimentations notamment sur l’intuition – un sujet qui la passionne, elle transmet les clefs pour la développer et en faire un outil d’aide à la décision pour innover, créer de la valeur et atteindre ses objectifs. Convaincue par la plus-value de l’usage professionnel de l’intuition en entreprise, Sophie Ramspacher en a fait son thème de prédilection et se présente comme « Révélatrice de talents intuitifs ».

 

 

Pourquoi est-ce que le sujet de l’intuition mobilise une telle énergie chez toi ?

 

Parce qu’il m’est arrivé d’avoir une idée que je trouvais formidable mais que je délaissais faute de raisons objectives aux yeux de mon entourage. J’avais la conviction d’être dans le vrai mais je ne m’écoutais pas. Puis je regrettais souvent de ne pas l’avoir fait. Plus les expériences de ce genre se renouvelaient, plus cela générait en moi de la frustration.

En 2005 j’ai connu un tournant décisif alors que j’étais encore en entreprise. J’ai démarré la pratique du shiatsu et j’ai découvert à cette occasion le rôle central de l’intuition pour poser les questions pertinentes et établir un protocole efficace en tant que praticienne. L’intuition avait donc une utilité professionnelle reconnue. Dans cette école, j’ai travaillé l’écoute de mes ressentis et des informations intuitives. Plus cela allait, plus les résultats étaient surprenants par leur précision, y compris pour les autres élèves de mon cours. Alors j’ai fait le parallèle en pensant qu’on pourrait utiliser cet outil dans les organisations pour gagner en efficacité et en plaisir au travail.

Ce qui me motive ? Apporter une clef essentielle pour innover tant au niveau des relations humaines que des produits ou services et contribuer à créer l’entreprise de demain, celle où il fera bon vivre tout en créant de la valeur. Apprendre à réécouter ce que cela dit à l’intérieur, c’est se donner l’occasion de remettre du cœur dans son travail, du sens, de la confiance et de la justesse dans ses choix. Les résultats en profitent tant aux niveaux économique qu’humain. Si je peux contribuer à apporter cela en entreprise alors j’aurai gagné !

 

 

Tout le monde peut-il faire confiance à son intuition ?

 

Oui bien sûr mais il faut s’exercer quotidiennement en commençant par des choses anodines.

Accueillir les échecs comme faisant partie du processus d’apprentissage. Chaque erreur fournit autant d’informations à prendre en compte sur notre fonctionnement. Ce qui permet de mieux cerner ce qui se passe en nous et de faire le tri quand une idée ou un ressenti surgit. Cela demande aussi un travail sur les croyances limitantes comme celle de devoir cocher dans l’ordre les cases A, B et C pour arriver à D. L’intuition permet des raccourcis auxquels on n’aurait jamais pensé, on gagne en temps et en résultats car on ne se contente pas uniquement du processus linéaire habituel.

 

 

Ça semble simple !

 

Ça l’est d’une certaine façon car c’est une faculté que nous possédons tous. Mais cela demande de la discipline pour être en mesure de faire la part des choses et savoir ce qui relève vraiment de l’intuition. La société ne nous encourage pas à utiliser notre intuition, il faut donc retrouver le mode d’emploi pour l’utiliser pleinement. Savoir créer de l’espace en soi pour l’entendre, la reconnaître au milieu des émotions, du mental et de l’ego. Et lui faire suffisamment confiance grâce à l’entraînement pour passer à l’action.
Le raisonnement est aussi indispensable pour accompagner le processus intuitif. C’est lui qui permet de choisir le bon outil pour « intuiter » et pour trier les informations. C’est pourquoi on parle de raisonnement intuitif.

Développer son intuition demande de l’engagement mais heureusement les résultats sont vite encourageants. Le plus important est de le prendre comme un jeu. Plus on y met de la légèreté, plus on avance ! Il faut aussi rappeler que ce n’est pas parce qu’on suit son intuition que tout se passe comme par magie. Parfois l’intuition peut aussi nous amener à prendre des détours pour acquérir les qualités ou compétences nécessaires à la réalisation de nos objectifs. On le comprend généralement seulement après.

 

 

Peux-tu nous parler d’une expérience où tu as bien fait de suivre ton intuition ?

 

D’abord c’est important de rappeler que l’on fait toujours bien de suivre son intuition car l’intuition a toujours raison. Le Larousse lui-même rappelle que l’intuition est « une information exacte de la vérité ». Quand nous échouons, c’est que nous avons confondu une pseudo-intuition avec autre chose : une projection, un désir que les choses aillent dans notre sens, une peur, etc.

Pour ce qui est d’une expérience, je pense à celle-ci. En janvier dernier, alors que je voulais démarrer mon activité et transmettre tout ce que j’avais appris et expérimenté depuis plus de 13 ans, un ami m’a lancé le pari de donner une conférence pour le grand public un mois plus tard. Quatre semaines pour préparer le contenu, trouver un lieu, communiquer sur l’événement, rassembler un public, c’est très court selon les critères habituels d’organisation d’un événementiel. J’ai quand même choisi de relever le pari car je sentais que c’était maintenant ou jamais. Après avoir contacté trois structures, il y avait toujours un élément bloquant. Trop cher, pas pratique. Je ne pouvais pas perdre plus de temps alors j’ai décidé d’interroger mon intuition et tout s’est mis en place. J’ai appelé une entreprise à laquelle je n’aurais jamais pensé pour une conférence. Et ô surprise, ils possédaient une salle équipée pour des conférences, chose que je ne savais pas ! Quelques jours plus tard, ils me proposaient de donner une seconde conférence dans leurs locaux devant un parterre d’entrepreneurs et de salariés de grandes entreprises de la région. Vous imaginez ma réaction. J’avais remporté le pari bien au-delà de mes espérances avec deux conférences données devant des particuliers et des professionnels en moins de cinq semaines, j’étais ravie. Et des exemples comme ça, il en arrive régulièrement à ceux qui écoutent leur intuition !

 

 

Tes formations s’adressent aux dirigeants et aux managers. Quels bénéfices un manager peut-il tirer d’un management plus intuitif ?

 

Une présence à soi qui permet de saisir au vol des idées et des ressentis informels souvent ignorés alors qu’ils sont fondamentaux. Il perçoit mieux son équipe et voit qui travaille facilement avec qui, qui s’ennuie à tel poste, qui est bon pour telle tâche, etc. Il gagne en souplesse, enrichit ses réflexions grâce aux avis des uns et des autres, tout en veillant à conserver son cap. C’est d’une grande richesse tant au niveau des liens sociaux que de l’aventure collective.

Aussi plus le manager travaille en interrogeant son intuition, plus il la développe et plus il peut lui faire confiance et être serein pour relever les défis du quotidien. L’intuition localisée principalement dans le cerveau droit et le raisonnement dans le cerveau gauche forment à eux deux un duo exceptionnel à utiliser de pair. Faire appel aux deux revient à optimiser le fonctionnement cérébral et à prendre de meilleures décisions au quotidien. C’est aussi valable pour les décisions plus stratégiques.

En reprenant contact avec son cœur qui est connecté au cerveau pour les informations intuitives, un état d’esprit plus calme s’installe et facilite l’écoute de l’intuition. Quand il y a moins de bruit à l’intérieur, on entend mieux ! Le stress et les émotions comme notamment l’inquiétude et le ressentiment tendent à diminuer puisqu’il y a moins de place pour ces dernières. Au final, le dirigeant, les managers et leurs équipes y gagnent en sérénité, en enthousiasme et en résultats.

 

 

L’application 16h44

L’intuition se travaille et s’affine au fil du temps alors lancez-vous ! Soyez attentif à vos ressentis. Faites confiance à votre intuition et observez.

Vous ressentez qu’un rendez-vous s’annonce inefficace ou ennuyeux ? Demandez-vous s’il faut le maintenir.

Vous avez l’impression qu’il serait intéressant de rencontrer Untel, sans savoir exactement pourquoi ? Proposez-lui un rendez-vous. Qu’est-ce que vous perdez ? Absolument rien mis à part la perte d’une belle opportunité, qui sait ?

 

Et pour développer votre intuition et l’interroger, rendez-vous sur :

www.intuitionaction.com

Sophie Ramspacher propose des formations, des accompagnements et des conférences et ouvre prochainement ses prestations aux particuliers.

 

9 commentaires sur “Sophie RAMSPACHER : l’Intuition en action.”

  1. L’intuition n’est elle pas basée sur la culture, et les experience qui nous ont vu grandir? L’intuition n’est elle pas aussi basée sur toute sorte de facteurs externes comme la lune, la météo en général? L’intuition n’est elle pas aussi basée sur nos 5 sens que nous devons developper pour l’augmenter? L’intuition ne fait elle pas partie de facteurs internes et externes qui vont influencer notre intuition? Beaucoup de questions dont j’aurais aime la réponse

    1. Merci pour l’intérêt que vous portez au sujet et vous avez complétement raison. Beaucoup d’éléments entrent en jeu, tous ceux que vous avez cités et encore d’autres. Pourtant même si on n’est pas au top des conditions astrales, planétaires, environnementales, il est toujours possible d’intuiter et le plus important reste d’avoir les outils adaptés pour le faire.

  2. Merci Sophie pour ce retour qui traduit une très belle expérience et qui montre que l’intuition est aussi partie prenante dans la prises de décisions.

    Toutefois je tempérerai l’affirmation « L’intuition localisée principalement dans le cerveau droit et le raisonnement dans le cerveau gauche » qui demande de prendre des pincettes. D’abord car il est bien possible que les choses soient en réalité plus complexes ; ensuite car le neuroscientifique Hugues Duffau dans son ouvrage « L’erreur de BROCA » a montré que le cerveau est organisé réseaux intéractifs dynamiques et non en zones indépendantes.

    Bravo à toute l’équipe de rédaction

    1. Merci pour ce retour Jean-Pascal et vous avez tout à fait raison au sujet de la localisation dans le cerveau. Ce n’est pas localisé uniquement dans le cerveau droit, c’est pourquoi j’ai dit « principalement ». Cela permettait de ne pas rentrer dans les détails en donnant une représentation plus symbolique que précise.

  3. Un domaine très inspirant…merci.
    Dans le raisonnement intuitif, vous faisiez référence notamment à l’ego, nos émotions, le mental…autant d’éléments partisans étant capables de « parasiter » une bonne écoute de soi. Ne faudrait-il pas commencer par mieux se connaitre pour évincer, faire des choix dans l’attention portée à tous ces signaux ?
    Et surtout, est-ce un pré-requis (déterminer ce qui relève de notre ego, de notre mental, psyché, de nos émotions…) pour être capable de suivre notre « intuition » et prendre les meilleures décisions ? Hormis le fait de faire appel à Philippe pour décider juste…

    1. Merci pour ce retour ! Effectivement se connaître fait partie du travail intuitif pour faire preuve de discernement entre ce qui relève de l’intuition et ce qui n’en est pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.